• A l'ascension du Mont Doom.

    24/03/2011, Turangi

    5h30. Le réveil sonne. Malgré l'heure matinale, je suis motivé pour me lever car une belle journée m'attend, et accessoirement, le bus aussi.

    Départ du trek aux aurores, le cône du volcan se détache en ombre chinoise sur le fond coloré des premières lueurs du jour.

    L'envers du blog...

     

    8h. J'attaque l'ascencion du Mount Ngauruhore en tête (également appelé Mont Doom en référence au très célèbre, surtout ici, Seigneur des Anneaux).L'envers du blog...
    Je ne peux repérer le chemin malgré un terrain complètement dégagé. J'imagine qu'il ne se détache simplement pas.
    Erreur ! Il n'y a pas de véritable sentier. Le cône est un amas de sable et de roches volcaniques formant des parois aussi raides que continues.
    Je lutte. Chaque demi-mètre en avant me fait reculer de 20cm en arrière. Le soleil est déjà bien présent et ne me fait pas de cadeaux - pas d'ombre pour s'abriter dans ce paysage sans vie. Lorsque je me retourne, je vois des dizaines de personnes s'engager dans la voie vers le sommet, dont 2 grimpant à une vitesse assez impressionante et qui semblent s'adapter plutôt bien au terrain. Les deux bougres me doublent. Peu importe, on finira tous à la même altitude. Le sommet n'est plus perceptible maintenant.

     

     

     

    L'envers du blog...

     

     

     

    Il me semble avoir parcouru la majeure partie de l'ascencion mais je n'ai aucun point de repère. Finalement, le sommet apparaît de nouveau, il ne reste plus que quelques mètres. La fumée s'échappe de la terre, nous rappelant ce qui sommeille sous nos pieds.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    10h. Le cratère est immense, à l'image des forces titanesques à l'oeuvre dans la région lors de caprices aussi soudains qu'effrayants. La vue est splendide, je profite avec chance d'une météo excellente. L'endroit est parfait pour une pause déjeuner.

    L'envers du blog...

     

    En redescendant, à la lumière d'une heure décente, je réalise que la vallée est devenue aussi bondée qu'un H&M un jour d'ouverture des soldes. Vue d'en haut, c'est comme regardé une fourmillière à l'oeuvre sauf que dans ce cas, les fourmis n'oeuvrent pas dans un but commun... Je n'ai jamais vu - ou même imaginé - un trek si peuplé.

    Je me retrouve bien vite dans cette masse formique. J'essaie d'en faire abstraction et de prendre des photos telles qu'elles devraient l'être. C'est alors qu'un bruit sourd retenti. Je pense d'abord à un orage au loin, je relève la tête, le ciel est bleu... C'est alors que j'apercois cet immense panache de fumée dans la vallée. L'envers du blog...

    Une mini-éruption vient d'avoir lieu. Impressionant. Je prend des photos en rafale et reste planté là, à me demander si c'est usuel ou si je devrais me mettre à courir... Les gens autour de moi n'ont pas l'air très inquiets. J'ai à peine le temps de me retourner pour reprendre la marche qu'une seconde explosion survient. Je n'en crois pas mes yeux, pas de doutes, la région est toujours active !

    L'envers du blog...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je découvre ensuite la deuxième merveille de ce trek : les lacs d'acide aux couleurs surnaturelles.

    L'envers du blog...

     

     

    Mais les photos devraient vous en dire plus que n'importe lequel de mes mots (dans la section photo bien sur ;) ).

    Ce trek d'une journée est vraiment un incontournable de Nouvelle-Zélande !

    « C'est reparti.Date de retour confirmée. »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Josette G.
    Lundi 28 Mars 2011 à 10:27

    Trek impressionnant en mots comme en images. Avant de te retrouver dans la foule formique tu étais parti tout seul ?

    2
    trdumonde Profil de trdumonde
    Lundi 28 Mars 2011 à 14:06

    J'etais tout le long "tout seul" mais il y a finalement une part minime de gens qui font l'ascencion du volcan, je me sentais donc plus "seul" a 10h au sommet (on a ete 3 pendant quelques minutes, avant que les poursuivants ne nous rejoignent) qu'a midi sur le sentier...

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :